CONSULTATION

Le nombre d'actes de décès de nourrissons parisiens reposant dans nos archives provinciales peut être estimé à plus de deux millions entre 1670 et 1910. Il semble donc judicieux, pour une commodité de consultation, de regrouper dès à  présent ces actes tels qu'ils devaient l'être à  l'origine, en reconstituant en partie les registres de baptêmes, puis de naissances selon les divisions administratives, soit près de 13000 registres annuels. Ils se rempliront au fil des contributions volontaires. Attention : la précision des renseignements donnés ici est fonction de celle du curé qui écrivait. Les erreurs constatées seront corrigées suivant les signalements faits par les consultants.

Mise à jour : 23 février 2019 Actes disponibles : 16518

On peut donc consulter ici les actes de NAISSANCE par paroisses parisiennes pour l'ancien régime :

De même, ils sont consultables par sections ou divisions de l'an II à  l'an XIV :    

Dès 1790 sont créés 12 arrondissements, puis 20 à  partir de 1860 :

Mais c'est la notion de quartiers qui prime de 1811 à 1859 :  

On trouve ici les DECES par ordre alphabétique des nourrissons parisiens et de villes proches ayant profité des bureaux de nourrices :

On trouve ici les DECES par ordre alphabétique des mères des nourrissons parisiens :

Mais on trouve aussi des Parisiens vivants répartis ici suivant leur métier :

Les registres offrent également les DECES d'adultes morts loin de chez eux, difficiles à trouver :        

Parmi ces derniers, les filles-mères allant accoucher à Paris, ou leurs petits, morts en route :

Enfin, ici, on trouvera les DECES de nourrissons de province :

Comment fonctionnait toute cette industrie du nourrisson parisien ?    

   

 

Commentaires des lecteurs :

J’ai commencé votre livre et j’ai bien du mal à le quitter. (Luc D.)

Fort intéressant, très documenté, très bien écrit… (Claudine S.)

Merci d’avoir écrit ce livre instructif et passionnant. Ne lâchez pas la plume ! (Anne C.)

Ce livre a beaucoup de succès aussi auprès de mes amies. (Bernadette M.)

Votre talent à évoquer la Révolution vue de province la rend plus vivante que tous les livres d’histoire. (Catherine L.)

 Site sur la faïence : clubCaussy

A lire aussi, au moment du Grand débat :

La République en questions